#UneBoutiquePourRejoué

annonce immobilière
 

Tandis que de plus en plus de citoyen.ne.s ont à cœur de trouver des jouets d’occasion de qualité, et qu’une contribution publique à la feuille de route de l’économie circulaire commence, la boutique Rejoué fermera le 23 février. Pour que le réemploi du jouet trouve la place qu’il mérite, en Île-de-France comme dans la feuille de route, Rejoué appelle à la mobilisation… avec ce ton décalé et positif qui lui est propre.

Une campagne qui déménage

Après des mois de recherche, l’association Rejoué a choisi d’appeler les internautes à la rescousse pour trouver les locaux de sa nouvelle boutique. Devant quitter fin février le centre commercial Gaîté, qui ferme pour destruction, elle a cherché pendant des mois un local commercial abordable, à Paris ou proche banlieue. Mais comme le savent ceux qui ont un jour cherché un toit à Paris, cela est loin d’être simple, même pour un projet solidaire et responsable. Et c’est ce rapprochement d’idées qui est à l’origine de la campagne « annonce immobilière pour jouets ».

Jouets de seconde main de qualité : l’attente des consommateurs

Que les jouets oubliés dans un placard puissent, plutôt que d’être jetés, être lavés, réassemblés au besoin, et remis sur le marché sans altération de leur rôle ou de la matière qui les compose, est ce qu’on appelle « le réemploi ». Cette solution pour réduire les déchets et éviter la surproduction plaît beaucoup aux consommateurs, qui sont volontiers prêts à donner les jeux qui ne leur servent plus afin que ces derniers trouvent une nouvelle vie ailleurs. De nouveaux réflexes s’installent rapidement dans les foyers : en 2017, Rejoué a ainsi collecté 43 tonnes de jouets, contre 33 en 2016 et 26 en 2015. L’association en remet en circulation les deux-tiers. Conçus pour durer des années, et ayant jusqu’alors été utilisés 8 mois en moyenne, les jouets remis sur le marché séduisent par leur qualité et leurs petits prix : « On se croirait dans un vrai magasin de jouets », « Les jouets ont l’air neuf », « C’est la caverne d’Ali Baba ici ! ». En 2018, l’association francilienne compte plus de 4000 adhérents-clients, et reçoit des demandes de plus en plus nombreuses pour donner ou acheter les jouets en dehors de l’Île-de-France.

Une boutique vitrine pour généraliser une consommation alternative

Malgré une demande croissante, il est difficile encore aujourd’hui d’engager les distributeurs à consacrer une petite place aux jouets de seconde main de qualité. Cela viendra avec le temps, mais en attendant de pouvoir trouver ces jouets dans les rayons des magasins, un lieu dédié est toujours indispensable pour Rejoué. Il est notamment capital que l’association continue à sensibiliser le public à cette consommation alternative. D’autant plus que le concept de Rejoué va au-delà du réemploi du jouet : l’association porte un chantier d’insertion, de sorte qu’offrir une seconde vie aux jouets permet le retour à l’emploi de personnes en difficultés. C’est pour ce travail qu’elle mène depuis 5 ans que l’association été qualifiée de modèle de l’économie sociale et solidaire par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Tout laisse à penser qu’elle a un bel avenir devant elle : il ne lui manque qu’une boutique. Avec cette campagne, Rejoué espère ainsi que les internautes se mobiliseront pour l’aider à trouver un propriétaire bienveillant qui hébergera ses jouets.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *